Voie de Chemin de Fer



Du fait de sa géomorphologie, le Massif-Central va rester très longtemps à l'écart du réseau ferroviaire français.
En 1856, sous le second Empire, la Compagnie du Grand Central procède aux premières études relatives aux tronçons Langeac-Villefort.
Le 9 avril 1862, après de nombreux débats, l'exécution de la ligne entre Brioude et Alès est déclarée d'utilité publique. La Compagnie du P.L.M. (Paris-Lyon-Méditerranée), héritière des concessions du Grand Central, s'engage à réaliser l'intégralité de l'itinéraire Brioude-Alès en moins de huit années.
Pour l'époque, c'est un véritable défi : à la nature, au temps, à la technique et à l'homme.
Plus de 6 000 personnes vont travailler au prix du sang et de la sueur sur cet audacieux chantier. A cette époque, Monistrol va compter près de 1500 habitants, parmi lesquels de nombreux poseurs de voies.
Véritable musée d'architecture à ciel ouvert avec plus de 171 ouvrages d'art, la ligne est achevée en 1870 et engendre la circulation du premier train sur ce parcours cévenol.

Ouvrages d'art entre Langeac et Langogne (67 km):
• Nombre de tunnels : 50
• Nombre de viaducs : 16
• Une grande galerie voûtée
• Ouvrage d'art le plus impressionnant : viaduc de Chapeauroux, 28 arches de 12 m de largeur

Spécificités de la ligne :
• Voie unique
• Rampe maximale de 15 mm pour 1 000 mm
• Courbes de faibles rayon jusqu'à 267 m